Paroisse Saint-Michel
http://saintmichel-paris.fr/Edito-119
      SOUHAITEZ DU BIEN À CEUX QUI VOUS MAUDISSENT, PRIEZ POUR CEUX QUI VOUS (...)

SOUHAITEZ DU BIEN À CEUX QUI VOUS MAUDISSENT, PRIEZ POUR CEUX QUI VOUS CALOMNIENT

L’Évangile de ce jour résonne d’une façon particulière en ces jours où l’Église, particulièrement en France, fait l’objet d’une certaine médiatisation révélant des dysfonctionnements graves et incohérents avec le message de notre Seigneur.
Dans une même semaine, un film – Grâce à Dieu – sort en salle, un livre – Sodoma – est diffusé et traduit en huit langues, le Nonce Apostolique en France est visé par une plainte pour agression sexuelle et au Vatican se déroule la rencontre des présidents de conférences épiscopales sur la protection des mineurs.
Cela fait beaucoup, trop même, pourrions-nous dire ! La difficulté de cette séquence, ce sont les amalgames médiatiques et intellectuels où homosexualité, pédophilie et célibat sont rangés au même niveau et où la présomption d’innocence est bafouée et le secret de l’instruction n’est pas respecté.


Si nous annonçons une Bonne Nouvelle, il faut qu’elle le soit pour tous et chacun en particulier, et si des ministres de l’église l’ont abîmée par leur comportement, il faut qu’ils soient identifiés et sanctionnés comme il se doit.
Monseigneur Aupetit écrivant récemment aux prêtres de Paris disait : « Je crois à la justice de mon pays et collabore avec elle pour que toute la lumière soit faite en toute transparence au-delà du traitement médiatique qui, dans la fébrilité intempestive de l’information immédiate, peut faire oublier le respect dû aux personnes et la présomption d’innocence. Nous connaissons les paroles de notre Seigneur Jésus-Christ : « Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être connu et mis au jour. » Sans attendre l’heure du Jugement dernier devant Dieu, la vérité dès maintenant ne pourra que nous libérer pour reconnaître nos fautes et nous préparer à accueillir la miséricorde divine et, s’il est possible, le pardon des hommes. »
Le film, le livre et les propos tenus à l’égard de l’Église, quoique violents et souvent partiaux, doivent être accueillis avec sérénité, et même si cela peut faire mal de le dire et de le penser, comme un bien. Ils nous invitent aujourd’hui à faire un travail qu’aucune institution civile n’a fait : un travail de vérité et de pénitence.
Prions pour ceux qui nous « maudissent » et « calomnient », car pour certains, c’est nous qui les avons blessés, et pour les autres qui en croyant nous affaiblir nous permettront de faire un chemin de conversion et d’annoncer en vérité le Christ.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour